Le syndicalisme soviétique a-t-il existé ?

Lors du centenaire de la révolution russe, de nombreuses publications ont vu le jour, profitant de la distance avec cet événement décisif du XXe siècle, pour s’intéresser à différents aspects de l’histoire soviétique. Le sujet syndical est malheureusement trop souvent délaissé dans ces études. Pourtant, le syndicalisme, en Union soviétique et dans les pays placés directement sous son influence, a tenu rang de modèle pour plusieurs générations militantes partout dans le monde.

Lire la suite

La guerre d’Algérie

Ca texte est paru en 1999 dans le n° 4 de Tsantsa, revue de la Société suisse d’ethnologie. Il a été repris dans L’Outrage aux mots, OEuvres II, Editions P.O.L, 2011. Alors que 60 ans après les crimes d’Etat du 17 octobre 1961 aucun gouvernement français n’en a reconnu ce caractère, il raisonne d’une forte actualité. A propos de la Guerre pour la fin de la colonisation en Algérie bien sûr, mais pas seulement ; il parle d’une autre guerre en Algérie, celle des années où il écrit, qui ensanglanta le pays à la fin du 20ème siècle. Une période, nous sommes avant le 11 septembre 2001, où « le principal allié arabe des Américains finance le fanatisme cependant que ces mêmes Américains, fiers d’être la plus grande démocratie du monde, soutiennent les Talibans ». La loi sur les 35 en France, les accords d’Oslo qui entérinent la colonisation de la Palestine, ou encore la terrible répression exercée par la Junte argentine à partir de 1976 sont aussi évoqués… La fin est d’une cruelle véracité : « La guerre ne fut-elle  pas finalement un bien ? La mort ne renouvelle-t-elle pas les consommateurs ? Allons, le vieux monde est déjà derrière nous et la monnaie unique à portée de main qui permettra d’augmenter les prix et d’abaisser les salaires pour le plus grand bien de l’économie ».

Lire la suite

Arbeiter und Soldat

Le 6 octobre, François Préneau a publié le texte que nous reproduisons ici. Pourquoi le 6 octobre ? En hommage à Robert Cruau. Il y a 68 ans, le 6 octobre 1943, Robert Cruau était assassiné par les nazis à Brest. Il avait 22 ans. Militant de la 4ème Internationale à Nantes, où il travaillait à la Poste, Robert Cruau avait rejoint Brest au printemps 1943 pour à la fois échapper au Service du travail obligatoire (STO) et prendre la responsabilité du travail en direction des soldats allemands décidé par son parti. En hommage au jeune révolutionnaire nantais, voici le dernier texte militant qu’il a rédigé, pour le journal Front Ouvrier de Brest, sous le pseudonyme de Pleton, quelques jours avant d’être arrêté et assassiné.

Lire la suite

Esquisse pour une histoire des jeunes dans la France capitaliste

La jeunesse est un âge social – et socialement différencié : les contrastes sociaux interdisent d’évoquer une « jeunesse » au singulier. C’est pourquoi évidemment, les jeunes ne forment pas une classe sociale. Leurs origines, leur situation, leurs conditions de vie sont profondément variées, au point que parler de « la jeunesse » comme si elle existait en tant que telle, en-dehors de toute appartenance sociale, est non seulement périlleux mais idéologiquement orienté.

Lire la suite

Dictatures : les enfant butins de guerre

Estela Barnes de Carlotto est née en 1930. Elle est la mère de Laura, Montonera enceinte de 2 mois et demi lors de son arrestation par la dictature militaire argentine, en novembre 1977, et grand-mère de Guido, né en captivité le 26 juin 1978, arraché à sa maman 5 heures après l’accouchement. Laura fut exécutée deux mois après la naissance de Guido. A travers l’interview réalisée pour Les utopiques, elle partage avec nous son histoire, l’histoire de toute une génération, sa lutte, la lutte des Abuelas de Plaza de Mayo, les Grands-mères de la Place de mai. Estela Barnes de Carlotto est présidente de l’association Abuelas de Plaza de Mayo. Alicia Lo Giúdice,  psychologue au sein de Abuelas de Plaza de Mayo depuis 36 ans, est aujourd’hui coordinatrice de l’équipe de psychologues de l’association. C’est elle qui, en 1985, accompagna la première petite-fille restituée. Dans son interview, elle nous explique le soutien psychanalytique mis en place par Abuelas.

Lire la suite

Les gamins de Paris au combat ? Les enfants-soldats sous la Commune de Paris (1871)

Ce texte a été présenté lors du colloque international « L’enfant-combattant, pratiques et représentations », organisé les 25-26 novembre 2010 à l’Université de Picardie Jules Verne (Centre d’histoire des sociétés et des conflits), en partenariat avec l’Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand. Voilà un document qui fait le lien avec notre précédent numéro « La Commune de Paris : mémoires, horizons ».

Lire la suite

L’origine du statut du personnel de la RATP

Ce texte issu d’un travail dans le cadre universitaire, en mai 1999, n’avait jamais été publié, déposé seulement aux archives de la CGT RATP à Fontenay-lès-Briis. Il faisait partie d’une recherche plus large concernant les personnels des transports parisiens. A travers une histoire longue, la majorité des conflits qu’ont mené ces salarié.es depuis la création de leur statut en 1898 et de leur système de retraite en 1919 a été, pour l’essentiel, la défense de ces droits acquis, dès la fin du 19ème siècle. Le texte présente la situation sociale de l’époque où a été élaboré ce statut et les avantages accordés aux personnels par la municipalité parisienne d’anciens communards devenus réformistes (partisans de Paul Brousse). Il détaille ensuite les gains octroyés par le groupe Empain, concessionnaire du métro de Paris, qui était prêt à des concessions sociales pour conquérir le marché. Surtout il montre, et c’est l’objet de l’actualisation de ce texte en 2020, que les grandes luttes des travailleurs et travailleuses des transports parisiens (1919, 1947, 1953, 1995, 2007), jusqu’au conflit actuel pour la défense des retraites, avaient pour objet la défense de ce statut.

Lire la suite

La répression à La Poste, une arme au service des contre-réformes

La Poste a été, au cours de sa longue histoire, le terrain de plusieurs épisodes de répression contre des syndicalistes combatifs, ou plus largement des agents en grève*. Ces dernières années, la répression antisyndicale n’a cessé de s’amplifier, dans ses rythmes comme dans son ampleur. Des années 1980 à aujourd’hui, les ministères des PTT puis dirigeants de La Poste ont mené bataille contre les syndicalistes (de la CGT et de SUD en grande majorité) qui refusaient, et refusent encore, d’accompagner leurs grandes « réformes » menées à marche forcée. Avec un but : faire taire la contestation des militant·es, mais surtout celle des personnels, par une politique du bâton et de la terreur. En d’autres termes, frapper fort sur les pointes avancées de la résistance, pour effrayer le plus grand nombre.

Lire la suite

La Sécurité sociale, un acteur de prévention en retrait

La « Sécu » est admirée avec raison comme une création ouvrière, symbole de sa capacité à élaborer de nouvelles réponses politiques. Un souffle d’émancipation la parcourt… Mais ce que ce récit épique laisse de côté touche aux dimensions stratégiques que prend, de fait, cette institution au budget et au pouvoir politique d’ampleur nationale, et par là même à la relation avec l’État qu’entretient le mouvement ouvrier.

Lire la suite

Le premier âge du capitalisme – La Fronde

Le mouvement des Gilets jaunes a conduit certains commentateurs à établir un parallèle entre celui-ci et d’autres épisodes de la conflictualité sociale et politique française, quelquefois fort éloignés dans l’histoire. Dans l’article suivant, composé de quelques « bonnes feuilles » extraites du tome 3 de son ouvrage Le premier âge du capitalisme*, Alain Bihr revient sur un tel épisode, celui de la Fronde, pour montrer toute la singularité du phénomène, ancrée dans les rapports d’ordre et de classe de l’Ancien Régime, et la distance qui le sépare par conséquent du mouvement des Gilets jaunes.

Lire la suite

L’histoire d’un régime spécial, celui des cheminots et cheminotes

Parmi les régimes spéciaux, celui des cheminots et cheminotes a souvent été mis en avant :
que ce soit pour sa défense à travers plusieurs mouvements sociaux d’ampleur ou, au contraire, comme exemple de « privilèges » selon
les termes couramment utilisés par…
les privilégié·es de la société capitaliste. Georges Ribeill revient ici sur son histoire.

Lire la suite

Entre hier et demain, l’obstacle du mythe de la fondation

Penser l’avenir de la Sécurité sociale, c’est d’abord l’inscrire dans une histoire. La sienne, si possible, et non pas celle, fantasmée et indéfiniment ressassée, du mythe de sa fondation. Car si elle est aujourd’hui bel et bien au péril de sa destruction par les sergents fourriers du néolibéralisme, on ne peut, a contrario, penser son avenir, sa consolidation et son développement, sans en considérer tant les difficultés de construction initiales que les insuffisances natives qui en ont résulté. Bref, pas d’avenir envisageable sans un retour sur les origines.

Lire la suite

La Déclaration de Philadelphie de 1944 de l’OIT et son actualité

Le 10 mai 1944, la Conférence générale de l’Organisation internationale du travail (OIT), réunie à Philadelphie (États-Unis), a adopté un texte, la Déclaration de Philadelphie, qui, depuis, définit les buts et objectifs de l’OIT. Nous reproduisons ici l’intégralité de cette déclaration, suivie de quelques commentaires.

Lire la suite