Le syndicalisme et sa dette historique avec la lutte des femmes

La lutte des femmes se mènerait au détriment de la lutte des classes, puisque pour Marx, Engels et leurs disciples les moins ouverts, la domination masculine étant née avec les sociétés de classe, elle serait destinée à disparaître avec la révolution sociale. Mais les femmes n’ont pas attendu dans leur cuisine que la révolution sociale arrive : au début de ce XIX siècle, nombreuses sont celles qui participent à l’organisation des luttes des ouvriers et ouvrières.

Lire la suite

Cantamos sin miedo !

Boulogne-sur-Mer, congrès de la fédération SUD éducation, 2017. La journée est pleine de débats, avec des règles pour faciliter les échanges et faire émerger le consensus. SUD éducation s’est dotée d’outils pour comptabiliser les prises de paroles et rendre visible l’écrasante majorité d’hommes qui parlent pendant les débats, ainsi que d’hommes mandatés dans la salle. Le soir, le congrès s’arrête et c’est la fête. On installe les tables, on attend le concert, on trinque. Au moment du concert, il n’y a que des hommes sur scène.

Lire la suite

Pas de violences conjugales sur les femmes âgées ?

Officiellement, 219 000 femmes par an en moyenne sont victimes, chaque année, de violences physiques et/ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire (étude faite entre 2012 et 2018). Mais ces chiffres de l’INSEE et de l’Observatoire national des violences faites aux femmes ne prennent en compte que les violences subies par les personnes âgées de 18 à 75 ans. Pourtant, le collectif Féminicides, qui enquête sur chaque féminicide, révèle que 16 femmes de plus de 75 ans sont décédées, victimes de leur conjoint violent, au cours des 3 premiers trimestres 2019. Cette ignorance n’est pas nouvelle. En 2011, déjà, la Fédération nationale des centres d’information sur les droits des femmes et des familles (FNCIDFF) s’étonnait de l’absence de données sur les femmes de plus de 75 ans, et en conséquence sur leur exclusion de toute campagne de sensibilisation et de protection spécifique.

Lire la suite

Retraites: genrer le débat revendicatif

Depuis deux ans maintenant, les organisations syndicales ont le nez dans le dossier, les revendications, la lutte sur les retraites. Nouveauté de ce combat par rapport aux réformes et mouvements précédents : l’enjeu d’une réforme systémique qui veut tout changer et qui met en avant des « valeurs » : universalité, transparence, simplicité. Et comme enjeu premier : la défense des femmes en ce qu’elles sont les premières bénéficiaires ou victimes des petites retraites.

Lire la suite

L’action syndicale à l’OIT pour une convention contre les violences

L’Organisation internationale du travail (OIT) a adopté, le 21 juin 2019, à l’occasion de ses 100 ans, une convention (texte normatif, qui s’impose au droit national), accompagnée d’une recommandation (guide d’application concret et détaillé), contre les violences et le harcèlement au travail. Il s’agit d’une grande victoire pour les travailleuses et travailleurs du monde, qui fait suite à 7 ans de mobilisation de la Confédération syndicale internationale (CSI) et de ses 300 organisations affiliées présentes dans 151 pays. Son contenu a été construit à l’issue de 2 ans de négociations à Genève, durant lesquelles c’est la CGT qui représentait les travailleuses et travailleurs français·es.

Lire la suite

Agir contre les violences sexistes et sexuelles au sein des organisations

La vague #metoo a bouleversé le monde. Tout le monde. Les femmes d’abord se sont rendu compte à quel point elles sont confrontées « aux mêmes choses », que des mots existent pour les nommer, et qu’elles sont liées à un système d’oppression sexiste. Les hommes aussi, évidemment. Les agresseurs en premier lieu, puisque leurs gestes, leurs attitudes ont été mis sur la place publique. Les autres aussi : solidaires des luttes féministes pour certains, étonnés par l’ampleur de ces violences ; et d’autres se découvrant faire partie d’un groupe social exerçant des « privilèges » aux dépens des femmes et remis en cause de ce fait.

Lire la suite

Avortement : un droit fondamental, toujours à défendre !

La lutte sociale et politique pour le droit à disposer de son corps s’ancre, en France, dans des courants féministes, néo-malthusiens et libertaires dès la fin du 19ème siècle. Elle est alors portée alors par des figures comme Marie Huot ou Nelly Roussel. Mais ces questions font longtemps débat dans le mouvement ouvrier, et ce n’est que sous la poussée des mouvements de femmes des années 1970 qu’elles entrent progressivement dans l’agenda des organisations syndicales de transformation sociale.

Lire la suite

Sortir de l’invisibilité, des travailleuses dans la crise du Covid 19… et après

La crise sanitaire comme sa gestion étatique et patronale amènent le mouvement social, et particulièrement le mouvement syndical, à répondre concrètement et politiquement à une situation inédite dans la société française des dernières décennies. Ce moment articule de façon saillante les axes de luttes socio-économiques et politiques portées par un syndicalisme de transformation sociale , et comme toutes les situations de crise, il éclaire des enjeux de pouvoirs révélateurs des hiérarchies sociales et des inégalités qui font système dans nos sociétés. Dans la sphère du travail, les décisions publiques et les pratiques patronales en France en cette période de crise sanitaire ne touchent pas toustes les salarié·es de la même façon, et toustes n’ont pas les mêmes outils pour les affronter sur le terrain.

Lire la suite

Laisser la place aux premières concernées

L’intersectionnalité a fait sa réapparition en France, il y a une dizaine d’années, dans les champs universitaire et militant. C’est l’analyse des structures de domination et d’exploitation autour de trois piliers : la classe, le genre et la race. Ces trois systèmes ont leurs logiques internes, mais sont aussi interconnectés dans le système capitaliste. Dans le champ syndical, le mot a du mal à s’imposer, en raison de la prédominance de l’analyse des rapports sociaux de domination et de production autour de la classe, et de l’invisibilisation du genre et de la race. Ce concept est porté de plus en plus fortement par des femmes originaires du monde post-colonial, ayant grandi dans des milieux et/ou des quartiers populaires. Par ce concept et les analyses qui en découlent, elles s’attaquent à deux écueils des milieux militants : le sexisme des camarades dans le milieu syndical, mais aussi le racisme des féministes blanches à l’égard des femmes racisées.

Lire la suite

Un Réseau de femmes migrantes à Rome

Lors des rencontres internationales des femmes en lutte, organisées au Chiapas par les femmes zapatistes en décembre 2019, les représentantes de l’Union syndicale Solidaires ont rencontré Lizet Aguilar, une jeune femme de nationalité péruvienne qui vit à Rome. Elle a participé à la création, il y a quelques mois, d’un collectif de femmes migrantes : Rete di Donne Migranti e Figlie . Prolongeant ces premiers échange, Lizet nous a présenté leur lutte, à Rome.

Lire la suite

L’Assemblée féministe Toutes en Grève à Toulouse

Un exemple d’auto-organisation féministe. Lors du 8 mars 2019, 4000 personnes manifestaient dans les rues de Toulouse ; du jamais vu dans la ville rose pour une manifestation féministe. Le 3 octobre 2019, 2500 personnes dénonçaient vivement les féminicides. Les 26 et 27 octobre, les premières rencontres féministes de construction du 8 mars ont affiché complet, rassemblant 200 femmes et minorités de genre. Le 23 novembre, près de 5000 personnes manifestaient à Toulouse contre les violences sexistes et sexuelles. Enfin, dans cette même ville, le 8 mars 2020 nous étions plus de 10 000 à battre le pavé ! Et tout cela n’aurait pas été possible sans l’Assemblée féministe Toutes en Grève 31, une assemblée de femmes auto-organisée.

Lire la suite

Des journées en intersyndicales Femmes

Nées de la rencontre, à la fin des années 1990, entre des militantes féministes de différentes organisations syndicales, ces « journées intersyndicales femmes » ont, depuis lors, continué à enrichir les syndicalistes de la CGT, de la FSU et de l’Union syndicale Solidaires par l’apport et les échanges durant deux jours, avec des chercheuses en études de genre, des militantes du mouvement social, des syndicalistes venant d’ailleurs, d’histoires de luttes ouvrières menées par les femmes.

Lire la suite

Les femmes ont toujours travaillé

« Les femmes sont entrées assez récemment sur le marché du travail » : une fausse évidence ? Oui, car cette affirmation repose sur un problème de taille : ne considérer comme travail que celui qui est rémunéré. Or, une bonne partie de celui exercé par les femmes ne l’est pas. La répartition sexuée des métiers, les stéréotypes de genre, mais aussi les lois « protégeant » les femmes, la séparation vie publique/vie privée : autant de phénomènes qui interfèrent. Cette rapide esquisse de l’histoire du travail des femmes met en lumière des reconfigurations importantes et les luttes qui les ont permises.

Lire la suite

Femmes zapatistes, luttes, rencontres et non-mixité

Le mouvement zapatiste est né dans les montagnes du Chiapas (à la frontière sud du Mexique) dans les années 1980. Dès le départ, des femmes intègrent l’armée zapatiste de libération nationale. En 1993, les femmes posent leurs conditions lors de consultations sur le soulèvement : la loi révolutionnaire des femmes. Celle-ci affirme le droit des femmes à participer à tous les niveaux de l’organisation au même titre que les hommes, à reprendre le contrôle de leurs vies et de leurs corps, et à s’organiser entre femmes. Cette loi est adoptée et les zapatistes n’ont jamais cessé de réaffirmer ces revendications.

Lire la suite

Féminisme et syndicalisme, je t’aime, moi non plus…

C’est dans la foulée du mouvement social de Mai 68, que va émerger ce qu’on va appeler la deuxième vague du féminisme (la première vague étant celle de la fin du 19e siècle/début du 20e siècle). Ce mouvement va poser la question de l’émancipation des femmes, de leurs revendications spécifiques et de leur oppression particulière, dans une société capitaliste et patriarcale.

Lire la suite

L’origine du statut du personnel de la RATP

Ce texte issu d’un travail dans le cadre universitaire, en mai 1999, n’avait jamais été publié, déposé seulement aux archives de la CGT RATP à Fontenay-lès-Briis. Il faisait partie d’une recherche plus large concernant les personnels des transports parisiens. A travers une histoire longue, la majorité des conflits qu’ont mené ces salarié.es depuis la création de leur statut en 1898 et de leur système de retraite en 1919 a été, pour l’essentiel, la défense de ces droits acquis, dès la fin du 19ème siècle. Le texte présente la situation sociale de l’époque où a été élaboré ce statut et les avantages accordés aux personnels par la municipalité parisienne d’anciens communards devenus réformistes (partisans de Paul Brousse). Il détaille ensuite les gains octroyés par le groupe Empain, concessionnaire du métro de Paris, qui était prêt à des concessions sociales pour conquérir le marché. Surtout il montre, et c’est l’objet de l’actualisation de ce texte en 2020, que les grandes luttes des travailleurs et travailleuses des transports parisiens (1919, 1947, 1953, 1995, 2007), jusqu’au conflit actuel pour la défense des retraites, avaient pour objet la défense de ce statut.

Lire la suite

Laissez-nous respirer

Nous reprenons ici « l’appel des familles contre l’impunité des violences policières, pour l’interdiction des techniques d’immobilisation mortelles et des armes de guerre en maintien de l’ordre ». Il servait de support à la mobilisation pour la manifestation prévue le 14 mars à Paris, dans le cadre de la Journée internationale contre les violences policières.

Lire la suite

Ripostons à l’autoritarisme !

20 juillet 2019, Beaumont-sur-Oise. Dans la banlieue située à 60 km de Paris, malgré les averses, en dépit des transports ralentis, 5 000 personnes se sont rassemblées pour la troisième Marche pour Adama Traoré. Sous les regards bienveillants des habitant·es et des commerçant·es, la foule compacte parcourt le chemin jusqu’au quartier de Boyenval, passant devant la gendarmerie où le jeune homme est mort trois ans plus tôt « sous le poids de trois gendarmes et d’un système ». Comme en 2018 déjà, on y trouve toutes les couleurs et toutes les tendances du mouvement social : habitué·es du cortège de tête, organisations syndicales, membres et figures de partis de gauche, collectif des Gilets noirs, cortège « queer venère », collectifs écologistes, etc. Mais le fait nouveau et historique, c’est le jaune fluo qui mouchète le cortège. Plusieurs centaines de gilets sont venus de Saint- Nazaire, d’Amiens, de Commercy, de différentes régions d’Île-de-France, sans parler des « figures » comme Jérôme Rodriguez, Fly Rider ou Priscilla Ludovsky.

Lire la suite

Pessimisme de l’intelligence, optimisme de la volonté

La grève nationale interprofessionnelle a démarré le 5 décembre ; plus de trois mois, comment s’étonner que le mouvement prenne d’autres formes ? Car, telle est bien la situation : il n’est plus juste de parler de grève générale, ni généralisée ; mais gouvernement et patronat seraient bien présomptueux s’ils pensaient que le mouvement est fini.

Lire la suite