La liberté est dans mon cœur

Le mardi 27 octobre 20201 au Centre de détention de Muret (Toulouse) 29 prisonniers se révoltent. Ils refusent de réintégrer les cellules et bloquent la promenade pendant 5 heures à la suite de l’annonce de la fermeture des parloirs famille et les unités de vie familiales ainsi que la mise en place d’un protocole sanitaire de plus sur le linge. Ils exigent de ne plus avoir de séparations lors des parloirs, que soit levée l’interdiction de contact avec les proches et que de nouveau les colis de linge et ceux de Noël soit autorisés … Les ÉRIS (Equipes régionales d’intervention et de sécurité) interviennent, plusieurs mutins sont placés au mitard et transférés. Crève la taule !

Lire la suite

Abolitionnisme : entretien avec Gwenola Ricordeau

Au tournant des années 1970-80 s’est formée la première vague de l’abolitionnisme pénal. Elle a profondément renouvelé le champ de la criminologie critique et les réflexions sur le crime, la peine et la prison. Gwenola Ricordeau fait découvrir ce courant de pensée qui inspire aujourd’hui les mouvements pour l’abolition de la police et de la prison, mais invite aussi à repenser la peine et le statut de victime.

Lire la suite

Le Groupe Information sur les Prisons

Le Groupe Information sur les Prisons (GIP) a été fondé en 1971. Le manifeste initial est signé par Michel Foucault, Jean-Marie Domenach et Pierre Vidal-Naquet. D’autres philosophes, écrivain·es, historien·es s’impliqueront, à l’image de Daniel Defert, Gilles Deleuze, Michelle Perrot ou Danielle Rancière. Durant (seulement !) deux ans, le GIP rassemblera aussi des magistrat·es, des avocat·es, travailleurs et travailleuses sociaux, des médecins, des journalistes, des détenu·es et ex-détenu·es, des proches de détenu·es. Le GIP s’attache à donner la parole aux prisonniers dits « de droit commun » ; questionnaires et cahiers de revendications forment le socle des 5 brochures publiées en 1971 et 1972.

Lire la suite

Mobilisations de prisonnier·es, stratégie syndicale – Entretien avec Joël Charbit

Dans les années 1970/1980, plusieurs organisations de prisonnier·es à travers le monde adoptent une forme syndicale. Ici, cela se traduire par la naissance de l’Association syndicale des prisonniers de France. Joël Charbit dresse ici un panorama de ces expériences, non sans rappeler les connexions avec les combats antiracistes et féministes, notamment.

Lire la suite

Commune de Paris : quelle justice en Révolution ?

Aborder la situation de la justice et des prisons au cours des 72 jours de la Commune, ce n’est pas analyser l’application d’un programme réfléchi, une succession de décisions cohérentes. C’est essayer de suivre les débats, les décisions multiples, parfois contradictoires, prises au coup par coup, en réaction aux problèmes rencontrés, sous les pressions de diverses exigences liées aux situations exceptionnelles, de différents courants politiques, alors que les combats avec Versailles font rage dès les premiers jours d’avril. Il s’agit plus d’un regard sur l’élaboration d’une politique émancipatrice au cours d’un processus révolutionnaire, avec tous ses soubresauts, ses conflits.

Lire la suite

Georges Ibrahim Abdallah, vers la perpétuité réelle en France

Les lignes qui suivent sont construites autour de la mise en forme d’un entretien que nous avons eu au parloir de la prison de Lannemezan, fin août 2021 avec Georges Ibrahim Abdallah, détenu depuis 37 ans en France. Les notes prises lors de ces 3 heures d’échanges, parlent de ce que l’on peut dire, ce que l’on doit dire plutôt lorsque l’on est un militant révolutionnaire, car la prison n’est pas aménageable, elle est à l’image du capitalisme et doit être abolie. Les propos de Georges Ibrahim Abdallah sont précédés d’une courte présentation et suivis d’informations sur l’actualité de sa lutte, ainsi que d’un rappel d’une motion adoptée lors du -ème congrès national de l’Union syndicale Solidaires.

Lire la suite

Un des prisonniers politiques basques en France – Josu Urrutikoetxea

Josu Urrutikoetxea est une figure déterminante de la sortie du conflit au Pays basque. Dès les années 80, il travaille à la mise en place des discussions d’Alger, avant d’être, en pleine trêve, arrêté le 11 janvier 1989 à Bayonne, quelques jours seulement avant l’ouverture de ces premières tentatives de résolution des hostilités. Élu, à partir de 1998, à deux reprises, député au parlement basque, Josu Urrutikoetxea mène pour le mouvement basque les négociations de Genève de 2005 à 2007 et d’Oslo de 2011 à 2013. Enfin, c’est lui qui annonce, depuis le Centre Henry Dunant à Genève, l’autodissolution de l’organisation ETA le 3 mai 2018, après qu’a été proclamée la fin de la lutte armée, le 20 octobre 2011, et que les armes ont été rendues le 8 avril 2017 à Bayonne, posant ainsi les fondements inédits, de par leur caractère unilatéral, de la résolution du dernier et plus vieux conflit armé d’Europe occidentale.

Lire la suite

Probation et réinsertion : la liberté conditionnelle

La liberté conditionnelle est souvent présentée comme l’aménagement de peine le plus favorable à la condition des personnes détenues pour que celles-ci se « (ré)insèrent le mieux possible dans la société ». C’est d’ailleurs ce qui est d’emblée mis en avant dans le Code de procédure pénale, en son article 729: « la libération conditionnelle tend à la réinsertion des condamnés et à la prévention de la récidive ».

Lire la suite

L’enferment par-delà la prison

Pourquoi enfermer des individus ? Quelles sont les raisons de les priver de leurs libertés ? Ces questionnements paraîtraient naïfs si la diversité des réponses ne trahissait pas une large gamme de « bonnes raisons » souvent avancées pour justifier des pratiques d’enfermement. Punir, éduquer, soigner, protéger, autant de justifications sur lesquelles reposent diverses pratiques d’enfermement.

Lire la suite

Les détenu∙es étiqueté∙es « radicalisé∙es »

Le nombre de détenu∙es incarcéré∙es pour des faits en lien avec le terrorisme ne cesse d’augmenter en France et les risques de « radicalisation » au sein même des établissements pénitentiaires n’ont cessé de défrayer la chronique les dernières années et ont mis l’Administration pénitentiaire sous pression. Face à des injonctions changeantes et contradictoires, l’Etat peine à donner un sens à la prise en charge de la radicalisation en prison, qui fait l’objet d’une répression indirecte. Appréhendée sous sa forme violente, la radicalisation conduit à mobiliser de nombreuses techniques qui sortent du respect, pourtant de principe, des droits fondamentaux. Ainsi, la sécurité l’emporte sur l’accompagnement, et l’objectif de neutralisation sur celui de réhabilitation.

Lire la suite

Le Syndicat de la magistrature

Le Syndicat de la magistrature a pour ambition de veiller à ce que l’autorité judiciaire puisse exercer sa mission en toute indépendance, d’agir pour la défense des libertés et des principes démocratiques et de sauvegarder les intérêts professionnels des membres du corps judiciaire. Il revendique à l’égard de tous les pouvoirs qui se sont succédés depuis sa fondation un droit de critique et une indépendance absolue. Dans un corps très syndiqué, le Syndicat de la magistrature est le deuxième syndicat représentatif, recueillant un quart à un tiers des voix aux élections professionnelles. Il est représenté dans les instances par ses élus au Conseil supérieur de la magistrature, à la Commission d’avancement, dans les instances de dialogue social nationales et locales.

Lire la suite

La guerre d’Algérie

Ca texte est paru en 1999 dans le n° 4 de Tsantsa, revue de la Société suisse d’ethnologie. Il a été repris dans L’Outrage aux mots, OEuvres II, Editions P.O.L, 2011. Alors que 60 ans après les crimes d’Etat du 17 octobre 1961 aucun gouvernement français n’en a reconnu ce caractère, il raisonne d’une forte actualité. A propos de la Guerre pour la fin de la colonisation en Algérie bien sûr, mais pas seulement ; il parle d’une autre guerre en Algérie, celle des années où il écrit, qui ensanglanta le pays à la fin du 20ème siècle. Une période, nous sommes avant le 11 septembre 2001, où « le principal allié arabe des Américains finance le fanatisme cependant que ces mêmes Américains, fiers d’être la plus grande démocratie du monde, soutiennent les Talibans ». La loi sur les 35 en France, les accords d’Oslo qui entérinent la colonisation de la Palestine, ou encore la terrible répression exercée par la Junte argentine à partir de 1976 sont aussi évoqués… La fin est d’une cruelle véracité : « La guerre ne fut-elle  pas finalement un bien ? La mort ne renouvelle-t-elle pas les consommateurs ? Allons, le vieux monde est déjà derrière nous et la monnaie unique à portée de main qui permettra d’augmenter les prix et d’abaisser les salaires pour le plus grand bien de l’économie ».

Lire la suite

Arbeiter und Soldat

Le 6 octobre, François Préneau a publié le texte que nous reproduisons ici. Pourquoi le 6 octobre ? En hommage à Robert Cruau. Il y a 68 ans, le 6 octobre 1943, Robert Cruau était assassiné par les nazis à Brest. Il avait 22 ans. Militant de la 4ème Internationale à Nantes, où il travaillait à la Poste, Robert Cruau avait rejoint Brest au printemps 1943 pour à la fois échapper au Service du travail obligatoire (STO) et prendre la responsabilité du travail en direction des soldats allemands décidé par son parti. En hommage au jeune révolutionnaire nantais, voici le dernier texte militant qu’il a rédigé, pour le journal Front Ouvrier de Brest, sous le pseudonyme de Pleton, quelques jours avant d’être arrêté et assassiné.

Lire la suite

Un dessin pour Madama

La solidarité avec les jeunes étranger·es isolé·es menacé·es d’expulsion s’exprime de plus en plus fortement et de plus en plus publiquement. Depuis plusieurs mois, des grèves de la faim ont été menées dans plusieurs endroits, par des maîtres de stage, au sein de familles d’accueil. Madama Diawara est un de ces jeunes et il est sous la menace d’une expulsion par la Préfecture de Haute-Loire depuis janvier 2021. Eric et Véronique, deux camarades de SUD éducation, sont sa famille d’accueil. Les dessins publiés ici ont été réalisés dans le cadre de la campagne solidaire Un dessin pour Madama. Merci à Fred Sochard, Mathieu Colloghan, Alain Frappier, Hélène Maurel, Claire Robert et Lucie Nuzit.

Lire la suite

MNA : quand la France bafoue les droits des enfants

MNA. Celles et ceux qui s’intéressent un peu aux questions d’immigration et de répression à l’égard des sans-papiers connaissent ce sigle. Celles et ceux qui dans les départements militent auprès des sans-papiers constatent que le public ici désigné occupe de plus en plus les militants et militantes, que ce soit de RESF ou d’autres structures de soutien.

Lire la suite

Les enfances dans une perspective de décolonisation

L’histoire de l’enfance est toujours aussi l’histoire des concepts et des visions de l’enfance. Ceux-ci prennent une vie propre et marquent les formes et les manières dont nous traitons les enfants. De la même manière, ils influencent la façon dont les enfants se perçoivent et les possibilités d’action dont ils disposent et dont ils font usage. Dans cet article, je soutiens que l’être et l’existence des enfants ainsi que les concepts et les visions de l’enfance qui ont émergé en Europe depuis la fin du Moyen Âge sont étroitement – et diversement – liés à la colonisation d’autres parties du monde.

Lire la suite

L’adoption internationale, mythes et réalités

Paru début mai aux éditions Anacaona, l’essai intitulé L’adoption internationale, mythes et réalités propose une analyse du système de l’adoption internationale dans une perspective antiraciste, anticapitaliste et décoloniale. L’autrice s’appuie sur sa propre expérience d’adoptée sud-coréenne, tente de faire le lien avec le vécu d’autres minorités et appelle à la politisation des personnes adoptées et de leurs allié·es pour que la prise de conscience individuelle soit suivie d’une organisation collective.

Lire la suite

Dictatures : les enfant butins de guerre

Estela Barnes de Carlotto est née en 1930. Elle est la mère de Laura, Montonera enceinte de 2 mois et demi lors de son arrestation par la dictature militaire argentine, en novembre 1977, et grand-mère de Guido, né en captivité le 26 juin 1978, arraché à sa maman 5 heures après l’accouchement. Laura fut exécutée deux mois après la naissance de Guido. A travers l’interview réalisée pour Les utopiques, elle partage avec nous son histoire, l’histoire de toute une génération, sa lutte, la lutte des Abuelas de Plaza de Mayo, les Grands-mères de la Place de mai. Estela Barnes de Carlotto est présidente de l’association Abuelas de Plaza de Mayo. Alicia Lo Giúdice,  psychologue au sein de Abuelas de Plaza de Mayo depuis 36 ans, est aujourd’hui coordinatrice de l’équipe de psychologues de l’association. C’est elle qui, en 1985, accompagna la première petite-fille restituée. Dans son interview, elle nous explique le soutien psychanalytique mis en place par Abuelas.

Lire la suite

Les gamins de Paris au combat ? Les enfants-soldats sous la Commune de Paris (1871)

Ce texte a été présenté lors du colloque international « L’enfant-combattant, pratiques et représentations », organisé les 25-26 novembre 2010 à l’Université de Picardie Jules Verne (Centre d’histoire des sociétés et des conflits), en partenariat avec l’Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand. Voilà un document qui fait le lien avec notre précédent numéro « La Commune de Paris : mémoires, horizons ».

Lire la suite

Leur anti-impérialisme et le nôtre

Les trois dernières décennies ont été marquées par une confusion politique croissante quant au sens de l’anti-impérialisme, une notion qui, en soi, n’avait été que peu débattue auparavant. Deux raisons principales expliquent cette confusion : la fin victorieuse de la plupart des luttes anticoloniales postérieures à la Seconde Guerre mondiale et l’effondrement de l’URSS. Pendant la guerre froide, les États-Unis et les puissances coloniales occidentales alliées ont mené directement plusieurs guerres contre des mouvements ou des régimes de libération nationale, ainsi que des interventions militaires plus limitées et des guerres par procuration. Dans la plupart de ces cas, les puissances occidentales s’affrontaient à un adversaire local soutenu par une large base populaire. S’opposer à l’intervention impérialiste et soutenir ceux qu’elle visait semblait aller de soi pour les progressistes – la seule question était de savoir si ce soutien devait être critique ou sans réserve.

Lire la suite

L’actualité internationale des luttes et du mouvement syndical

De la lutte des infirmières de Californie à la résistance des ouvrier·es à la junte militaire du Myanmar, en passant par les combats des syndicats biélorusses face au régime autocratique et les mobilisations sociales contre le gouvernement et la crise sanitaire au Brésil, ou encore les luttes pour l’émancipation en Iran et celles contre la répression au Maroc, l’actualité internationale des luttes et du mouvement syndical est sur le site du Réseau syndical international de solidarité et de luttes 

Lire la suite