« Le problème ça allait être les militants » Au cœur du laboratoire grenoblois

Partagez cet article

Depuis 2009, Le Postillon *, journal autogéré et 100 % local, est un organe de presse « critique » qui concentre ses investigations sur la métropole grenobloise. Son fondateur, Vincent Peyret, a écrit un livre très documenté sur la municipalité rouge et verte menée par le maire de la métropole Éric Piolle. Le vide à moitié vert, aux éditions Le monde à l’envers.  L’Union départementale Solidaires Isère s’est entretenue avec lui.
* lepostillon.org

Propos recueillis  pour Solidaires Isère par François Marchive, secrétaire de SUD PTT Isère-Savoie.


Le vide à moitié vert – La gauche rouge-verte au pouvoir : le cas de Grenoble, Le Postillon, Editions Le monde à l’envers, 2021. [DR]

Solidaires Isère : La liste Piolle a suscité de réels espoirs dans le milieu militant grenoblois, pourquoi à ton avis ?

Le Postillon : Je ne sais pas s’il y a eu de « réels espoirs », je pense qu’avant tout il y avait un rejet de l’ancienne équipe municipale menée par Michel Destot [maire PS de Grenoble de 1995 à 2014 – NDLR], regroupant des socialistes et affilié∙es. Au pouvoir depuis dix-neuf ans, elle menait fièrement des politiques libérales, technophiles et attractives en ressassant des discours creux où l’innovation technologique allait sauver le monde. La liste Piolle ne s’en démarquait pas franchement : d’ailleurs les Verts ou l’ADES (Association démocratie écologie solidarité) avaient cogéré la ville pendant deux mandats avec ces mêmes socialistes. S’ils ont refusé une alliance pour le dernier mandat, ce n’est pas à cause de grandes différences programmatiques mais parce qu’ils et elles ne voulaient plus être des simples supplétifs du PS et devenir leaders de la majorité. Une fois dans l’opposition, ils et elles ont été, comme tout bon politicien et politicienne, assez malin en com’ pour se démarquer et prétendre représenter quelque chose de véritablement nouveau et rafraîchissant, d’où le relatif « réel espoir » dont tu parles.

Solidaires Isère : On dirait qu’il y a deux Piolle, celui des déclarations courageuses sur les migrant·es, le passe vaccinal etc., et celui de la gestion quotidienne de la ville de Grenoble. Il est très fort en com’ ou sommes-nous très naïfs ?

Le Postillon : Un peu des deux je pense. Ce qui est sûr, c’est que l’image lui importe bien plus que la réalité. Sur les réseaux sociaux, il a ainsi pu prétendre être un « délinquant solidaire » à la tête d’une « ville-refuge », tout en demandant presque au même moment l’expulsion de camps de migrant·es sans solution de logement. Ce qui a marqué beaucoup de politiques menées, c’est cette obsession de la communication arrogante, sans aucune humilité ni doute. Obsédé par des enjeux nationaux, à savoir surtout sa campagne avortée pour la présidentielle, Piolle ne s’est guère préoccupé des réalités locales, à part quand elles pouvaient servir un de ses plans com’. De façon générale, la politique nationale a beaucoup influé sur les comportements des élu∙es grenoblois∙es. Ceux de la France insoumise (ex-Parti de gauche) ont par exemple avalé pas mal de couleuvres, avec toutes les politiques d’austérité mises en place (suite à la baisse des dotations de l’État, suppression d’une centaine de postes et fermeture notamment de deux bibliothèques de quartier) parce qu’il fallait, avant tout, montrer qu’une alliance France insoumise-EELV fonctionnait, et ce dans la perspective de la campagne présidentielle de Mélenchon. Si on a tant parlé du « laboratoire grenoblois », ce n’est pas parce que la politique menée était fondamentalement différente que dans d’autres métropoles, mais à cause des échéances électorales nationales.

Sans légende [DR]

Solidaires Isère : Les luttes des agents de la ville de Grenoble, en particulier des bibliothécaires, se sont multipliées lors des deux mandats pourquoi ? Peux-tu nous parler du management à la mode Piolle et un peu de son comparse Meriaux « syndicaliste  FSU» et inspecteur du travail.

Le Postillon : Là encore, il y a un problème d’arrogance et de prétention. C’est étonnant à dire, mais beaucoup d’agents municipaux assurent avoir été mieux considéré∙es sous le socialiste Destot et même sous l’ancien maire corrompu Alain Carignon [maire RPR de Grenoble de 1983 à 1995 – NDLR]. Par exemple dernièrement, il y a eu une union syndicale complète, de la CFDT à la CNT, contre le contrôle du passe sanitaire dans les bibliothèques. Ce n’était pas arrivé depuis la privatisation de l’eau dans les années 1980 ! C’est d’ailleurs un cas d’école, parce que la responsabilité première du problème – l’imposition du passe sanitaire – n’incombe pas à la mairie mais bien au gouvernement. Mais leur manière de gérer cette crise, sans aucune souplesse et avec des menaces de sanction, a braqué les agent·es mobilisé·es et entraîné un mouvement pugnace et radical. Pierre Meriaux, adjoint au personnel depuis 2020, est bien représentatif de cette intransigeance, nombre de salarié·es et syndicalistes ont été choqué·es par sa raideur. Son autoritarisme choque nombre de militant·es, qui l’ont côtoyé en tant que syndicaliste FSU ou inspecteur du travail. Pour lui, ce n’est pas contradictoire car il dit toujours agir pour que la loi soit respectée. Alors il utilise la même hargne contre un patron-voyou que contre des employé·es voulant désobéir face à une loi injuste. De façon générale, ces élus se considèrent comme représentants du Bien et considèrent tout ce qui les critique comme représentant le Mal. Même des habitant·es voulant sauver une bibliothèques ont été accusé·es d’être des conservateurs faisant le jeu de la droite et de l’extrême-droite.

Bibliothécaires en grève. [DR]

Solidaires Isère : La question du droit au logement semble aussi être un sujet de friction à Grenoble ?

Le Postillon : Effectivement, Droit au logement (DAL) notamment est très actif sur ces questions et se heurte souvent à la mairie. Sur ce sujet, l’équipe Piolle est a priori plus volontariste que l’ancienne municipalité socialiste, mais se braque souvent face aux actions des militant·es ne rentrant pas dans le cadre. L’année dernière, après l’occupation par le DAL d’un immeuble pour y loger une cinquantaine de personnes, la mairie a laissé couper les fluides (chauffage, eau, électricité) alors qu’on était en plein hiver, ceci entraînant une médiatisation nationale. Généralement, l’équipe Piolle se méfie beaucoup des militant∙es, un des élus dissidents du premier mandat a raconté que pendant les premiers séminaires de « team bulding », on leur avait expliqué que « le problème » ça allait être « les militants » car « ils ne comprennent rien à la politique et s’insurgent inutilement ».

Solidaires Isère : Que d’anciens syndicalistes, et pour une partie  de SUD, mettent en place des politiques antisociales aux antipodes de leur engagement précédent m’a beaucoup posé questions, qu’en penses-tu ? Dans ton livre tu parles beaucoup de la culture du pouvoir, penses-tu que c’est cette culture qui permet à des élu∙es de faire le contraire de ce qu’ils affichent comme conviction ?

Le Postillon : C’est effectivement un point central, Piolle ayant maintes fois ressassé, dans les médias, la thèse qu’il fallait que les écolos cessent d’être des éternels opposants et acquièrent la « culture du pouvoir ». Mais pourquoi faire ? La «  culture du pouvoir  » ne connaît pas de faiblesse, n’a pas d’humilité et ne veut pas renverser la table. La «  culture du pouvoir » a pour but de bien gérer les budgets, faire des beaux coups de com’ et que le business prospère. La « culture du pouvoir » conduit surtout à vouloir rester au pouvoir, et qu’importent les compromissions. C’est notamment elle, et son fameux « sens des responsabilités », qui nous a conduit dans le mur écologique où l’on se précipite. Comment peut-on croire qu’elle permettra de prendre une direction raisonnable ? Je pense qu’il faut  détester cette culture du pouvoir, qu’il ne faut surtout pas vouloir être réélu. Ça me semble être une condition nécessaire pour prétendre réaliser des choses pertinentes. Sinon, la communication, les mensonges et compromissions prennent le dessus. Et puis, le pouvoir devrait être exercé par des personnes qui n’en ont surtout pas envie. Quelqu’un qui aime le pouvoir, je trouve ça forcément louche.

Solidaires Isère : Avec les logiques « gestionnaires » à l’œuvre dans le cadre des métropoles y a-t-il un espace pour une politique municipale réellement de gauche ?

Le Postillon : Je ne sais pas ce que c’est des « politiques municipales réellement de gauche », en tous cas ce que j’observe c’est que la métropolisation est un obstacle majeur pour toutes les luttes d’émancipation. Elle éloigne sans cesse le pouvoir des simples habitant∙es et noie chaque décision dans les complexités kafkaïennes inhérentes à ce nouvel échelon technocratique. Je pense que la première chose à faire, c’est de militer pour un processus exactement inverse à la métropolisation, c’est-à-dire une relocalisation du pouvoir dans les communes, et même dans les quartiers pour les grandes villes comme Grenoble.

Solidaires Isère : Comment expliques-tu l’espoir chez les militant·es de gauche en France que suscite la gestion municipale grenobloise ?

Le Postillon : Cet espoir est avant tout savamment entretenu par la force de communication de la bande à Piolle. Pendant longtemps, j’ai désespéré des médias nationaux « de gauche » qui ne faisaient que brosser la mairie grenobloise dans le sens du Piolle, sans jamais laisser transparaître le moindre élément critique. D’où l’impression de schizophrénie d’habitant·es grenoblois·es, devant l’écart abyssal entre la réalité vécue dans leur ville et l’a priori très positif que peuvent avoir certain·es de leurs « camarades » dans d’autres villes de France. Dernièrement, suite à l’échec de Piolle à la primaire des Verts pour la présidentielle, le beau tableau se fissure un peu, laissant apparaître le creux du discours du maire de Grenoble. Un article du Monde diplomatique de décembre 2021 reprend beaucoup d’éléments présents dans mon bouquin. C’est important que le plus grand nombre se rende compte qu’il ne peut y avoir aucun espoir dans le chemin tracé par Piolle. Pour un futur désirable, il faut chercher d’autres voies.

Vincent Peyret

Propos recueillis par François Marchive


Partagez cet article