Mathusalem, le journal qui n’a pas peur des vieux

C’était une période un peu folle, sans arrière-pensée ni idée préconçue. Mai 68 avait déposé ses meilleures traces. En ces temps-là, c’est-à-dire au début des années 1970, Dominique Le Vaguérèse-Boltanski, alors toute jeune assistance sociale, lançait, avec quelques autres, Mathusalem, le journal qui n’a pas peur des vieux, aidé en cela par toute la bande de Charlie Hebdo (avec Copi également). Quelques numéros, beaucoup de vie et de tonus, et la parution s’est arrêtée, comme s’achève un coup d’éclat.

Lire la suite

Soin des aîné∙es : de nouveaux défis pour le service public communal

Les politiques publiques locales en faveur des Anciens et Anciennes recouvrent désormais un très vaste domaine. Elles prennent des formes variées et deviennent, au fil des ans, un enjeu fondamental pour les communes. La démographie du pays fait apparaitre de plus en plus de défis et des questions nouvelles qui imposent de réfléchir en profondeur aux besoins spécifiques de ces habitant∙es. L’exemple de l’action municipale en direction des retraités à Fontenay-sous-Bois apporte des éléments d’analyse. Il s’agit d’un secteur sensible de la société, sur laquelle les récents scandales de maltraitance dans des maisons de retraite privées a apporté un éclairage cru, suivi d’une certaine prise de conscience.

Lire la suite

La fin de vie

La fin de vie est probablement l’une des questions que chaque personne a le plus de difficultés à aborder sereinement, tant pour elle-même que pour ses proches, ceux et celles qu’elle aime. Nous savons toutes et tous que nous allons mourir, un jour, mais nous avons du mal à inscrire cette réalité dans la continuité de nos vies. Quand nous abordons ce sujet, soit seul avec soi-même, soit en en partageant les questionnements avec d’autres, nous sommes vite envahis par l’amplitude des facettes du sujet.

Lire la suite

Pour une politique du travail

Au coeur du mouvement syndical et social en cours, se trouve la question du travail. Sous l’emprise de la finance, il a perdu tout sens et est devenu insoutenable. A l’opposé des discours hypocrites sur la « valeur travail », il faut revenir au travail réel et à ses enjeux. Que faisons-nous concrètement au travail ? Et que fait le travail à chacun·e d’entre nous, à notre société, à la nature ? Tels sont les sujets abordés dans cette contribution aux débats du mouvement social.

Lire la suite

Six mois de manifestations et de grèves. On en cause ?

Depuis la mi-janvier 2023, plusieurs journées de grèves et de manifestations ont rassemblé des millions de personnes. A l’animation, une intersyndicale nationale qui réunit CFDT, CGT, FO, CGC, CFTC, UNSA, Solidaires et FSU1 ; une intersyndicale non révolutionnaire, avec une forte composante adepte du « dialogue social ». C’est le projet de loi à propos des retraites et la volonté d’abattre le mouvement syndical qui a motivé cette unité d’action syndicale rarement connue. Cette unité ouvre des perspectives sur lesquelles nous devons travailler. L’impossibilité de construire une grève nationale interprofessionnelle reconductible est l’autre élément déterminant de la période. Quelles enseignements en tirer ? Nos pratiques syndicales sont (toujours) à réinterroger. Elles doivent l’être à partir de la réalité, pas de nos seules envies. Les violences policières, la haine et le mépris de classe de la bourgeoisie, la solidarité syndicale internationale, sont quelques autres sujets ici évoqués.

Lire la suite

Les rapports toujours coupables du capitalisme avec le racisme

Les discriminations racistes dans le monde du travail, énoncées de façon nette et répétée par les institutions, par le Défenseur des droits* en particulier, viennent
de loin. Nous avons voulu ici exposer ce que nous semblent être les rapports entre capitalisme et racisme dans les continuités : capitalisme/esclavage, colonialisme/travail forcé, salariat, discriminations.
Ces continuités montrent à nos yeux la nécessité impérieuse pour nos luttes, nos revendications, notre volonté de transformation sociale, d’intégrer profondément la dimension antiraciste de notre combat syndical.

Lire la suite

Premier convoi du Réseau syndical international de solidarité et de luttes à Lviv en Ukraine

Les témoignages qui suivent sont ceux des camarades de l’Union syndicale Solidaires qui ont participé au premier convoi syndical vers l’Ukraine, en avril 2022. Il s’agit d’extraits ; les versions complètes, et d’autres textes, figurent dans le livre Ukraine : Solidarité syndicale en temps de guerre, publié dans la collection Coup pour coup, aux éditions Syllepse.

Lire la suite

Deuxième convoi du Réseau syndical international de solidarité et de luttes à Kryvyi Rih en Ukraine

Préparé durant de longs mois, le second convoi syndical international de solidarité aux Ukrainien⋅ne⋅s est arrivé le vendredi 30/09, 5 mois exactement après le premier convoi qui nous avait mené à Lviv, et après une livraison de fourgons par Solidaires et la CGT en juin, 7 mois après le début de la guerre en Ukraine. Sa construction n’aurait pas été possible sans la puissante implication du Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes (RSISL).

Lire la suite

Le syndicalisme dans la guerre en Ukraine

Mais pourquoi le syndicalisme se mêle-t-il de la guerre ? L’internationalisme, la solidarité des travailleurs et travailleuses, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, l’anti-impérialisme sont bien sûr les principaux éléments de réponse ; nous y revenons plus loin. Mais pour celles et ceux qui voudraient s’en tenir à la défense immédiate des travailleurs et travailleuses, indispensable moitié de la « double besogne » chère au syndicalisme révolutionnaire, citons Vitaly Dudin, responsable de l’organisation Sotsialnyi Rukh : « Depuis le 24 février, plus de 80 % des décès sur le lieu de travail ont été causés par l’armée russe ».

Lire la suite

L’OTAN contre le Kurdistan

Le Rojava fêtait le 19 juillet dernier les 10 ans de sa révolution entamée en 2012, dans le chaos du soulèvement populaire en Syrie. Depuis, elle n’a pas connu un jour de paix. Daesh, Jabat-al-Nosra, régime syrien, Russie, Iran, OTAN… : il y a peu d’acteurs présents sur le terrain de l’affrontement impérialiste du 21ème siècle qui n’ait attaqué frontalement les forces d’auto-défense du nord-est

Lire la suite

Ecofascisme : ne respirez jamais votre air avant de l’avoir fait bouillir !

La mode actuelle pour l’écofascisme découle d’une réalité historique qui, depuis des décennies, tente de rapprocher l’extrême droite de l’écologie. La « bienveillance » ou la minimisation des pensées écofascistes au sein des milieux écologistes et émancipateurs peuvent créer des ravages parce qu’elles induisent une incapacité à penser le monde, la lutte et l’exploitation de manière rationnelle. Elles ne font qu’encourager la confusion inédite qui règne aujourd’hui et s’inscrivent dans un cadre réactionnaire et fasciste.

Lire la suite

Fémonationalisme

Le concept de fémonationalisme désigne l’instrumentalisation de la question du féminisme et de l’émancipation des femmes à des fins racistes. D’abord incarné par les partis d’extrême droite comme le Rassemblement national, il est aujourd’hui repris par les partis néolibéraux, notamment La république en marche ou des associations fémonationalistes (Caryatides, Némésis ou Manif pour tous).

Lire la suite

Le syndicalisme d’extrême droite dans la Police

Durant les années 1990, le FN s’est lancé dans la création de syndicats. Il est notable que le premier syndicat FN s’est ouvert dans le champ de la police. A terme, l’existence de ces syndicats sera invalidée par la justice. Cependant l’extrême droite n’a pas pour autant disparu de la police. Dans une récente livraison, Ripostes syndicales revenait sur ce sujet. C’est ce que nous reprenons ici.

Lire la suite

Brésil : comment le gouvernement PT a ouvert la porte à Bolsonaro

En octobre 2018, le score très important de Jair Messias Bolsonaro au premier tour des élections brésiliennes fut un grand tsunami politique, social et culturel. Malgré un sursaut militant entre les deux tours, avec une puissante mobilisation des femmes, le résultat du scrutin présidentiel au second tour fut de 55,13% pour Bolsonaro (57 977 423 voix) et 44,87% pour Fernando Haddad (47 040 574 voix). Il était évident que le retour de l’extrême droite à la présidence du Brésil serait lourde de menaces pour l’ensemble du mouvement social. Nos camarades de la CSP Conlutas, qui participe avec nous à la coordination du Réseau syndical international de solidarité et de luttes, l’exprimaient clairement. « Le combat ne fait que commencer. C’est l’heure de la résistance, de l’organisation et de la lutte ! »fut leur consigne. C’est avec elles et eux qu’il nous fallait démêler les racines historiques, sociales et culturelles de la montée vertigineuse de l’extrême droite au Brésil.

Lire la suite

États-Unis : melting-pot brun

Un immense drapeau orné d’une croix gammée se dresse derrière l’orateur qui vitupère contre la « juiverie ». La salle est bondée et enfumée. Nous sommes à New York en 1937, le Bund germano-américain *, organisation nazie, organise une réunion publique qui va mal se terminer. Les hommes de main de Meyer Lansky font irruption et rossent violemment les présents. Le gangster juif, un des chefs de la mafia, ne supporte pas que les nazis paradent dans sa ville. Il va même proposer des armes et de l’argent aux autorités juives pour se débarrasser de la peste brune. Malgré tout, le Bund germano-américain organisera, le 20 février 1939, au Madison Square Garden (New York), un meeting réunissant de plus 20 000 personnes.
* Organisation qui n’a évidemment strictement rien de commun avec le Bund, Union générale des travailleurs juifs de Lituanie, de Pologne et de Russie.

Lire la suite

IWW – Un syndicalisme de classe contre les préjugés raciaux (1905-1925)

Au début du XXème siècle, aux Etats-Unis, les IWW syndiquent des travailleurs et travailleuses noir·es et blanc·hes dans les même syndicats. Il s’agit de lutter contre « la concurrence » au sein de la classe ouvrière, organisée et entretenue par le patronat. Ce syndicalisme sera durement combattu, notamment par les militants racistes du Ku Klux Klan.

Lire la suite

Libération nationale et libération sociale : les deux faces de la même monnaie

Pourquoi peut-on faire une telle affirmation alors que le nationalisme est au cœur de tout le discours de l’extrême droite, affirmant la nauséabonde « préférence nationale » qui décline la xénophobie et le racisme ?  Parce que, lorsqu’on s’appuie sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, lorsqu’il s’agit d’une lutte anticoloniale, anti-impérialiste, il est bien question de libération nationale qui remet en cause le système d’exploitation et aspire à une libération sociale émancipatrice.

Lire la suite

Les échelles pour penser l’émancipation

Penser les échelles de l’émancipation au pluriel, c’est contribuer à la mise en place d’une forme politique qui a pour corollaire la réciprocité. Mais au demeurant, cela nous met face au défi de dépasser le postulat, historiquement enraciné en France, de l’impossibilité de concevoir l’émancipation en dehors du cadre de l’État-nation.

Lire la suite

Ras l’front

Ce texte date de 2003. Il a pour titre original « Ras l’front, douze années de militantisme atypique » *. Il couvre donc la période 1990-2002. Le réseau Ras l’front, et son journal du même nom ont vécu au-delà de ces années-là. Mais ces douze années permettent déjà de bien comprendre ce que fut ce réseau : large et radical, alliant pratique de masse et « coups militants ». Durant des années, Ras l’front c’est de nombreux collectifs locaux et une multitude d’activités sur tous les … fronts : université antifasciste, commission syndicale, manifestations, cinéma antifasciste, polars, travail avec des élu∙es politiques, banderole lors de 1er mai du FN, salons du livre antifascistes, blocages de trains du FN…

Lire la suite

VISA, un combat syndical antifasciste unitaire depuis 1996

VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes) est une association intersyndicale composée à présent de plus de 120 structures syndicales : l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, la FSU et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT-SO, de la CNT et du Syndicat de la magistrature. Cette dimension syndicale unitaire constitue le socle fondateur de VISA, qui œuvre concrètement, depuis 1996, sur le terrain de la lutte antifasciste. Depuis plus de 22 ans, VISA recense, analyse et dénonce syndicalement les incursions de l’extrême droite et plus particulièrement du Front national, devenu Rassemblement national, sur le terrain social, ses idées et ses pratiques.

Lire la suite

Nos mots et les leurs

Un ouvrage récent, Le Ministère des contes publics, paru en septembre 2021, montre comment des manipulations du langage, par le recours à une langue technicienne et une agglutination de formules péremptoires (« L’endettement-atteint-120-%-c’est-très-grave »), ont pu rendre « incontestable » aux yeux du grand public le point de vue du néolibéralisme sur les finances publiques, en particulier la « nécessité » de réduire les dépenses au nom de « la dette ». Peu auparavant, un autre livre, La guerre des mots, est allé plus loin en insistant sur le danger pour le monde du travail, déjà bien connu et référencé, d’utiliser le vocabulaire promu par le système capitaliste pour désigner des phénomènes sociaux.

Lire la suite

Ripostes locales

A Nancy, depuis bientôt 10 ans, des militant·es de différentes organisations syndicales, politiques ou féministes travaillent à fédérer les énergies nécessaires à ce combat antifasciste. Retour sur toutes ces années de luttes unitaires. Comme d’autres départements en France, les deux Savoie n’ont pas été épargnées par la venue d’Eric Zemmour pour la campagne de son parti Reconquête ! Annoncé à peine quelques jours avant, le passage du candidat à la présidentielle dans nos deux départements a dû faire face à une entrave majeure : trouver un lieu pour la tenue de son meeting.

Lire la suite

Clément Méric, assassiné par l’extrême droite

Le 5 juin 2013, notre camarade, Clément Méric, militant syndicaliste et antifasciste était assassiné à 18 ans par des militants d’extrême droite, en fin d’après-midi, en plein Paris. Ce qui a vite été présenté par de nombreux média comme une malheureuse bagarre entre deux bandes rivales, des « extrémistes des deux bords », est bien un meurtre politique. Ses auteurs étaient des néonazis, des militants armés, affiliés à Troisième voie, le mouvement de Serge Ayoub, alias Batskin.

Lire la suite

Quel antifascisme ?

Comment lutter contre l’extrême droite ? À notre sens, cela ne peut être qu’en pratiquant un antifascisme radical, au sens premier du terme : s’attaquer aux causes d’un mal, plutôt qu’à ses (seuls) symptômes ; un antifascisme pragmatique, ce qui implique une continuité entre les fins et les moyens ; et enfin, un antifascisme de masse, c’est-à-dire qui soit le fait de l’ensemble de la population et en premier lieu du monde du travail.

Lire la suite