Brésil : comment le gouvernement PT a ouvert la porte à Bolsonaro

En octobre 2018, le score très important de Jair Messias Bolsonaro au premier tour des élections brésiliennes fut un grand tsunami politique, social et culturel. Malgré un sursaut militant entre les deux tours, avec une puissante mobilisation des femmes, le résultat du scrutin présidentiel au second tour fut de 55,13% pour Bolsonaro (57 977 423 voix) et 44,87% pour Fernando Haddad (47 040 574 voix). Il était évident que le retour de l’extrême droite à la présidence du Brésil serait lourde de menaces pour l’ensemble du mouvement social. Nos camarades de la CSP Conlutas, qui participe avec nous à la coordination du Réseau syndical international de solidarité et de luttes, l’exprimaient clairement. « Le combat ne fait que commencer. C’est l’heure de la résistance, de l’organisation et de la lutte ! »fut leur consigne. C’est avec elles et eux qu’il nous fallait démêler les racines historiques, sociales et culturelles de la montée vertigineuse de l’extrême droite au Brésil.

Lire la suite

États-Unis : melting-pot brun

Un immense drapeau orné d’une croix gammée se dresse derrière l’orateur qui vitupère contre la « juiverie ». La salle est bondée et enfumée. Nous sommes à New York en 1937, le Bund germano-américain *, organisation nazie, organise une réunion publique qui va mal se terminer. Les hommes de main de Meyer Lansky font irruption et rossent violemment les présents. Le gangster juif, un des chefs de la mafia, ne supporte pas que les nazis paradent dans sa ville. Il va même proposer des armes et de l’argent aux autorités juives pour se débarrasser de la peste brune. Malgré tout, le Bund germano-américain organisera, le 20 février 1939, au Madison Square Garden (New York), un meeting réunissant de plus 20 000 personnes.
* Organisation qui n’a évidemment strictement rien de commun avec le Bund, Union générale des travailleurs juifs de Lituanie, de Pologne et de Russie.

Lire la suite

IWW – Un syndicalisme de classe contre les préjugés raciaux (1905-1925)

Au début du XXème siècle, aux Etats-Unis, les IWW syndiquent des travailleurs et travailleuses noir·es et blanc·hes dans les même syndicats. Il s’agit de lutter contre « la concurrence » au sein de la classe ouvrière, organisée et entretenue par le patronat. Ce syndicalisme sera durement combattu, notamment par les militants racistes du Ku Klux Klan.

Lire la suite

Libération nationale et libération sociale : les deux faces de la même monnaie

Pourquoi peut-on faire une telle affirmation alors que le nationalisme est au cœur de tout le discours de l’extrême droite, affirmant la nauséabonde « préférence nationale » qui décline la xénophobie et le racisme ?  Parce que, lorsqu’on s’appuie sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, lorsqu’il s’agit d’une lutte anticoloniale, anti-impérialiste, il est bien question de libération nationale qui remet en cause le système d’exploitation et aspire à une libération sociale émancipatrice.

Lire la suite

Les échelles pour penser l’émancipation

Penser les échelles de l’émancipation au pluriel, c’est contribuer à la mise en place d’une forme politique qui a pour corollaire la réciprocité. Mais au demeurant, cela nous met face au défi de dépasser le postulat, historiquement enraciné en France, de l’impossibilité de concevoir l’émancipation en dehors du cadre de l’État-nation.

Lire la suite

Ras l’front

Ce texte date de 2003. Il a pour titre original « Ras l’front, douze années de militantisme atypique » *. Il couvre donc la période 1990-2002. Le réseau Ras l’front, et son journal du même nom ont vécu au-delà de ces années-là. Mais ces douze années permettent déjà de bien comprendre ce que fut ce réseau : large et radical, alliant pratique de masse et « coups militants ». Durant des années, Ras l’front c’est de nombreux collectifs locaux et une multitude d’activités sur tous les … fronts : université antifasciste, commission syndicale, manifestations, cinéma antifasciste, polars, travail avec des élu∙es politiques, banderole lors de 1er mai du FN, salons du livre antifascistes, blocages de trains du FN…

Lire la suite

VISA, un combat syndical antifasciste unitaire depuis 1996

VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes) est une association intersyndicale composée à présent de plus de 120 structures syndicales : l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, la FSU et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT-SO, de la CNT et du Syndicat de la magistrature. Cette dimension syndicale unitaire constitue le socle fondateur de VISA, qui œuvre concrètement, depuis 1996, sur le terrain de la lutte antifasciste. Depuis plus de 22 ans, VISA recense, analyse et dénonce syndicalement les incursions de l’extrême droite et plus particulièrement du Front national, devenu Rassemblement national, sur le terrain social, ses idées et ses pratiques.

Lire la suite

Nos mots et les leurs

Un ouvrage récent, Le Ministère des contes publics, paru en septembre 2021, montre comment des manipulations du langage, par le recours à une langue technicienne et une agglutination de formules péremptoires (« L’endettement-atteint-120-%-c’est-très-grave »), ont pu rendre « incontestable » aux yeux du grand public le point de vue du néolibéralisme sur les finances publiques, en particulier la « nécessité » de réduire les dépenses au nom de « la dette ». Peu auparavant, un autre livre, La guerre des mots, est allé plus loin en insistant sur le danger pour le monde du travail, déjà bien connu et référencé, d’utiliser le vocabulaire promu par le système capitaliste pour désigner des phénomènes sociaux.

Lire la suite

Ripostes locales

A Nancy, depuis bientôt 10 ans, des militant·es de différentes organisations syndicales, politiques ou féministes travaillent à fédérer les énergies nécessaires à ce combat antifasciste. Retour sur toutes ces années de luttes unitaires. Comme d’autres départements en France, les deux Savoie n’ont pas été épargnées par la venue d’Eric Zemmour pour la campagne de son parti Reconquête ! Annoncé à peine quelques jours avant, le passage du candidat à la présidentielle dans nos deux départements a dû faire face à une entrave majeure : trouver un lieu pour la tenue de son meeting.

Lire la suite

Clément Méric, assassiné par l’extrême droite

Le 5 juin 2013, notre camarade, Clément Méric, militant syndicaliste et antifasciste était assassiné à 18 ans par des militants d’extrême droite, en fin d’après-midi, en plein Paris. Ce qui a vite été présenté par de nombreux média comme une malheureuse bagarre entre deux bandes rivales, des « extrémistes des deux bords », est bien un meurtre politique. Ses auteurs étaient des néonazis, des militants armés, affiliés à Troisième voie, le mouvement de Serge Ayoub, alias Batskin.

Lire la suite

Quel antifascisme ?

Comment lutter contre l’extrême droite ? À notre sens, cela ne peut être qu’en pratiquant un antifascisme radical, au sens premier du terme : s’attaquer aux causes d’un mal, plutôt qu’à ses (seuls) symptômes ; un antifascisme pragmatique, ce qui implique une continuité entre les fins et les moyens ; et enfin, un antifascisme de masse, c’est-à-dire qui soit le fait de l’ensemble de la population et en premier lieu du monde du travail.

Lire la suite

2019/2020 : la grève à la RATP

La grève contre la dernière contre-réforme à propos des retraites, fin 2019-début 2020, restera comme un moment important dans l’histoire sociale de ce pays. La RATP y joua un rôle particulier. Tirer collectivement le bilan de nos luttes est un exercice essentiel, mais trop souvent renvoyé à … plus tard, c’est-à-dire dans bien des cas à … jamais. Puisque les camarades de Solidaires Groupe RATP en ont rédigé, il parait utile de le faire connaitre.

Lire la suite