NOUS SOMMES UNE PARTIE de la solution

Partagez cet article

Ce texte est une contribution des porte-paroles de l’Union syndicale Solidaires, un an après le début de la crise sanitaire et sociale. Il synthétise quelques réflexions et propositions à propos de notre syndicalisme, du syndicalisme plus généralement, du mouvement social et de ses enjeux et perspectives.

La crise du Covid a mis en lumière d’une manière brutale ce que nous dénonçons depuis des années : les choix du capitalisme et des politiques néolibérales vont à l’encontre de l’intérêt général, mettent en danger les travailleurs et travailleuses, les populations, notamment les plus précaires, et notre environnement tout entier. La pandémie n’aurait pas existé si l’humain n’allait pas sans cesse détruire les écosystèmes, pour ses appétits consuméristes. La capacité de produire des vaccins, la capacité de prendre en charge dans de bonnes conditions sanitaires les malades auraient été bien meilleures si l’hôpital public, la recherche publique avaient été favorisées et non pas réduits à une logique de coût/profit, pour mieux en diminuer les moyens matériels et humains. Et ce ne sont que quelques exemples.

Notre syndicalisme se veut un syndicalisme à la fois de défense des travailleur·euses et de transformation sociale. Mais au-delà de se dire que notre organisation fait les bons choix, en dénonçant un système mortifère et en tentant d’imposer une autre voie pour l’intérêt général, il faut sans doute, aussi, saisir ce moment pour regarder sans fards, ni auto-apitoiement excessif ce qu’il en est du syndicalisme actuellement, et de celui porté par Solidaires.

Cette crise du Covid a accentué et encore mis en évidence les faiblesses structurelles du syndicalisme en France, déjà mis à mal par des années de « vaches maigres » du point de vue des victoires syndicales. Alors que les travailleuses et travailleurs, particulièrement les premier·es de corvé·es, sont en première ligne, nous n’avons pas collectivement été capables, pour le moment, de construire et de gagner au niveau national un quelconque rapport de force économique et social face au gouvernement et au patronat. Globalement, nous semblons subir sans avoir prise. Seule exception notable et non négligeable : la contre-réforme des retraites à point, qui n’a pas survécu pour le moment à la crise sanitaire, grâce à la mobilisation de 2019-2020. Nos victoires sont trop rares pour se permettre le luxe d’être trop vite oubliées.

Le syndicalisme en France est structurellement affaibli. La proportion de salarié·es syndiqué·es, l’implantation dans les entreprises et les services, le nombre important de syndicats « concurrents », l’enfermement croissant de certaines confédérations ou syndicats dans le « dialogue social » chronophage et qui accompagnent les politiques patronales et ministérielles, le vieillissement des militant·es syndicaux et le problème de renouvellement générationnel, la casse des statuts et des collectifs de travail, les lois affaiblissant les droits syndicaux, la répression syndicale grandissante… La liste est longue et pourrait prendre des pages entières sur une définition de « crise du syndicalisme ». À cela s’ajoute, il ne faut pas le nier, des difficultés internes aux syndicats, des pesanteurs, des logiques qu’on pourrait presque qualifier de bureaucratiques quand des permanent·es syndicaux perdent le lien d’avec le travail et avec l’action syndicale pour « gérer des boutiques ».

Bien sûr, même à Solidaires il y a des tensions entre militant·es ou structures syndicales, et malheureusement parfois des pratiques qui s’éloignent de nos valeurs. Il peut aussi y avoir des difficultés à faire fonctionner les instances démocratiques et se donner des priorités claires dans un contexte général anxiogène, violent socialement, violent dans la répression qu’ont de plus en plus à affronter les militant·es. Malgré, et à cause de ces circonstances difficiles, il faut sans doute être plus que jamais être capable de se regarder en face et d’adapter notre fonctionnement à notre évolution et à notre âge : nous ne sommes plus dans le moment de la création de l’Union, que ce soit en nombre de structures, de dynamique de départ, de génération militante… Nous y travaillerons collectivement.

Solidaires, comme d’autres syndicats, dans le concret du quotidien, a développé depuis le début de la crise Covid un travail essentiel pour la défense des droits et de la santé des salarié·es. Mais pas partout. Logiquement, là où nous sommes implanté·es, principalement dans les grandes entreprises et les services publics. Avec nos structures professionnelles, nous ne sommes capables de toucher qu’une partie encore trop réduite des 25 millions de personnes salariées. Notre syndicalisme territorial, à travers nos unions départementales et locales, n’atteint pour le moment qu’une petite portion de la population, même s’il est parfois très dynamique. On peut revenir aussi au contexte général qui n’augure pas des jours tranquilles à venir pour le syndicalisme, les syndicalistes et contre-pouvoirs que nous sommes. À la crise sanitaire s’est ajoutée la crise économique et sociale : vague de licenciements et de suppressions d’emplois, explosion de la pauvreté. Enfin, crise, pas pour tout le monde ! Celles et ceux qui possèdent les milliards savent s’adapter et profiter des crises pour concentrer les richesses et ils et elles peuvent compter sur les politiques gouvernementales pour les défendre. Nous sommes également confrontés à l’urgence écologique. Le système économique de production, d’échanges et de consommations duquel nous sommes prisonniers génère une crise climatique et une crise de la biodiversité dont nous ne mesurons pas encore l’ensemble des conséquences dramatiques sur les années et décennies à venir. À cela s’ajoutent les attaques liberticides foudroyantes qui visent à limiter nos libertés collectives et individuelles et à protéger les actions violentes de la police sur fond de racisme. Le combat pour nos libertés n’est pas secondaire. Le capitalisme s’accommode sans souci de la mise en place de régimes autoritaires pour protéger ses intérêts. C’est pour cela que notre travail antifasciste, au quotidien, est essentiel.

Les mobilisations contre les systèmes de dominations et de discriminations se sont multipliées ces dernières années et c’est positif. Mais les combats pour l’égalité de toutes et tous, quel que soit son sexe, son genre, son orientation sexuelle, son handicap, ses croyances, son physique ou sa peau ne sont pas sans grandes tensions et résistances. Il n’y a pas une « marche naturelle des choses » qui irait inéluctablement vers le progrès. Mettre à bas des systèmes de domination suppose une capitulation des dominants, qu’ils renoncent à leurs intérêts intrinsèques au système de domination. D’où la violence symbolique (dénigrement, déni, lynchages médiatiques) et parfois très concrète en réaction à ces mobilisations.

Il ne s’agit pas ici d’être exhaustifs sur l’ensemble des attaques que nous subissons, sur les évolutions et tensions internationales, sur la division internationale du travail, sur les conséquences pour les populations du monde entier, en particulier celles et ceux qui migrent. Nos analyses collectives, nos résolutions de congrès permettent de compléter finement l’analyse de la situation. Dans ce contexte général, les années qui viennent seront périlleuses : elles peuvent ouvrir des basculements vers du pire avec une emprise toujours plus forte du capitalisme sur nos vies de plus en plus individualisées, sans parler du spectre de l’extrême droite qui est de plus en plus en capacité de mettre la main sur le pouvoir de l’appareil d’État. Il va falloir tenir le cap à travers la tempête. Loin de nous réduire à l’impuissance, nous savons que notre capacité à regarder la réalité en face nous permet d’être capable d’avoir prise dessus et de passer à l’action.

SOLIDAIRES, NOTRE OUTIL À DÉVELOPPER

Notre syndicalisme s’inscrit dans une longue histoire. Celle des travailleuses et des travailleurs qui se regroupent pour se défendre au quotidien mais aussi qui se battent pour une autre société, un autre monde. Et l’un ne va pas sans l’autre. C’est notre projet, nos valeurs et nos pratiques. Il s’agit de construire ensemble, au sein de notre organisation, une démocratie concrète, capable d’efficacité et de cohérence, qui doit fonctionner sans une « direction éclairée ». Il s’agit de respecter l’identité de chacun et chacune, et d’avancer ensemble au consensus. C’est un mode de fonctionnement exigeant, original et unique. Cela passe par une formation la plus forte possible mais aussi par l’action concrète et sa popularisation auprès du plus grand nombre. Notre syndicat est un outil vivant et vif, mais qui peut aussi s’ankyloser ou se recroqueviller sur lui-même. Il faut toujours le questionner et l’adapter, oser les expérimentations et assumer les erreurs pour les dépasser. Il doit toujours être en phase avec la réalité et les attentes des travailleuses et des travailleurs. Mais il faut aussi savoir avancer avec une vue de moyen terme qui permet de décider de tactiques qui construisent du rapport de force pour gagner et non des coups d’épée dans l’eau. Le mouvement de l’automne-hiver 2019-2020 pour défendre nos retraites est à ce sens intéressant et signifiant : la construction de mobilisations au plus proche des secteurs professionnels tout en ayant une préparation et une coordination interprofessionnelle de la lutte.

Car c’est ça Solidaires : un outil interprofessionnel qui nous permet d’agir au-delà de nos secteurs. Un projet en perpétuelle construction avec ses contradictions internes, avec des ambitions géantes mais encore sous-doté en moyens. Quelle est la proportion des moyens temps ou des cotisations données à l’interpro en proportion des secteurs ? Elle reste encore trop faible. Cela se comprend certainement par la défiance du modèle confédéral, les attaques subies par chaque secteur et l’absence de victoire franche ces dernières décennies du mouvement syndical. Pourtant c’est le pari inverse qu’il faudrait faire aujourd’hui : mutualiser plus de moyens, de temps, au service de tou·tes. tant les attaques des politiques capitalistes sont sur un même modèle et avec les mêmes dégâts que ce soit dans le secteur privé ou public.

Notre syndicalisme est spécifique. Il a pour ambition d’être capable d’articuler lutte contre l’exploitation, contre les oppressions, contre les discriminations et d’interroger la finalité sociale et écologique du travail. Et nous considérons que notre condition de productrice et de producteur ne s’arrête pas au lieu même de la production: nous avons notre mot à dire sur ce qui se passe et nous concerne en dehors de notre lieu de travail stricto sensu. Ce projet ambitieux est réaliste. Parce que c’est une des alternatives concrètes aux différentes crises que nous subissons, il mérite de lui donner un maximum d’énergie. C’est dans la construction d’un syndicalisme massif, rassembleur, capable d’être unitaire et de s’allier avec les organisations du mouvement social au sens général que nous devons continuer d’avancer.

L’explosion sociale n’est pas prévisible et ne se décide pas, et notre rôle est aussi de donner du sens à la colère sociale. Le bon outil c’est celui qui sera là pour l’aider à émerger et qui ne la regardera pas, assis sur le bas-côté. C’est ce que nous devons avoir en tête au moment où semble pointer le (un?) déconfinement Covid et où les licenciements et suppressions d’emplois vont se multiplier. Le bon outil, c’est aussi celui capable de développer un ensemble revendicatif large tout en dégageant des priorités d’actions. Le prochain congrès de l’Union, a priori fin septembre 2021, doit être un moment fort qui nous permette d’avancer collectivement et de répondre à nos enjeux de développement, comme par la proposition qui sera débattue de campagne « Partageons le travail » qui peut nous donner de l’ampleur, par notre travail de lutte contre les licenciements et les suppressions d’emplois, contre les aides publiques sans contreparties aux entreprises.

Mais évidemment, nous ne devons pas nous replier sur nous. Solidaires seule ne saura capable de renverser la table. Nous sommes capables de construire un projet qui n’est pas que défensif face aux licenciements et fermetures d’entreprises ou de services publics. La question de la nécessaire reconversion écologique de nos sociétés est centrale. Elle ne peut ni ne doit se faire sans les salarié.es. L’urgence à agir sur le front écologique rejoint l’urgence à trouver un autre modèle productif que celui du capitalisme. Ainsi la question de la reconversion sociale doit être réfléchie de façon imbriquée avec celle de la reconversion écologique : il ne s’agit pas juste d’avoir de « meilleures normes de productions environnementales » mais de voir comment nous sommes capables de questionner et de remettre en question l’existant. La « reconversion » doit s’accompagner de droits sociaux à définir, de la place des travailleuses et des travailleurs dans les décisions (coopératives, socialisation, autogestion…). Ce projet ne sera complet que si nous sommes capables d’y intégrer les dimensions féministes et anti-racistes indispensables à la société à laquelle nous aspirons, et qui ne sont pas qu’un simple supplément d’âme.

Nous sommes les personnes qui produisons, nous faisons fonctionner le monde. Nous avons le savoir-faire, les idées, les compétences, l’inventivité. Ce sont nos alternatives qui sont vivantes. Nous devons prendre confiance en nous pour convaincre et entraîner dans la lutte le maximum de monde. Nous cherchons à briser nos chaînes de « mineur·es perpétuel·les » dans laquelle le système économique capitaliste essaye de nous enfermer en nous dépossédant, en s’appuyant sur des discriminations systémiques. Parce que nous voulons un autre monde, un autre avenir que celui dont nous sommes collectivement menacé·es. En faisant Solidaires, l’union, nous sommes une partie de la solution. Parce que nos convictions, nos actions quotidiennes sont au service des travailleur·euses et de l’intérêt général et que nous savons que collectivement nous sommes plus fort·es. Les mauvais jours finiront !


Murielle Guilbert est agente de la Direction générale des finances publiques, Simon Duteil est enseignant en Seine-Saint-Denis. Tous deux sont membres du Secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires, dont elle et il sont les co-porte-paroles.


Partagez cet article